Guyane

Le changement climatique : quels effets ?

changement climatique

La montée des eaux, une des conséquences du réchauffement climatique.

Notre planète subit actuellement une période de réchauffement climatique global, lié à l’augmentation des émissions de gaz à effet de serre* (GES) dans l’atmosphère dues aux activités humaines depuis le début de l’ère industrielle. Dans son quatrième rapport (2007), le GIEC** (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) montre qu’il aura inévitablement des conséquences sur notre environnement. Certains territoires plus vulnérables, à l’image des Outre-mer, seraient les premiers impactés par le changement climatique.

C’est quoi le réchauffement climatique ?

Vidéo du journal Le Monde “Comprendre le réchauffement climatique en 4 minutes”

Dans le rapport spécial « Réchauffement climatique de 1,5°C », paru en 2018, qui a été commandé au GIEC à la suite de la COP 21*** de Paris, il est précisé qu’au niveau mondial nous avons déjà gagné 1°C de moyenne par rapport à 1850. Nous observons déjà les conséquences du réchauffement climatique. La réduction de la taille de la banquise arctique ou la fonte des glaciers dans les Alpes notamment en sont des représentations emblématiques. Mais le réchauffement climatique augmente également le risque d’événements extrêmes (vagues de chaleur ou de froid, sécheresses, pluies torrentielles…). Si les émissions se poursuivent à leur rythme actuel, ce réchauffement (+ 1,5°C) sera atteint entre 2030 et 2050 et se poursuivra dans la seconde moitié du siècle. Même si nous n’arrivons pas à réduire nos émissions suffisamment vite pour rester en dessous de la barre de +1,5°C, une politique assez ambitieuse sur le sujet nous permettrait de revenir sous cette limite après quelques décennies. Mais plus nous passons de temps au-dessus de la barre de +1,5°C, plus les conséquences à long terme seront lourdes. 

Il est important de noter que les engagements pris lors de l’accord de Paris en 2015 – même parfaitement suivis – ne seront pas suffisants pour limiter le réchauffement climatique à +1,5°C. Ces engagements actuellement pris par les États sur leurs émissions, s’ils étaient tenus, mènent à un réchauffement de 3°C à 4°C d’ici la fin du siècle. 

La France est déjà affectée par les changements climatiques. Si les pays de l’hémisphère sud sont plus vulnérables au dérèglement climatique, c’est aussi le cas de la France que l’ONG Germanwatch**** a classé au 15ème rang de son Indice mondial des risques climatiques sur la période 1999-2018. Cela est dû en grande partie aux territoires ultramarins dont la géographie les rend particulièrement vulnérables. De plus, selon le GIEC, la France métropolitaine a connu un réchauffement d’environ +1,4°C depuis 1900, une valeur plus élevée que la moyenne mondiale qui est estimée à +0,9°C entre 1901 et 2012. La France est ainsi l’un des pays d’Europe les plus vulnérables au dérèglement climatique.

Des conséquences déjà visibles et des impacts différenciés

Si le dérèglement climatique nous menace tous et toutes, il existe des différences d’impacts. Certaines populations et certains territoires sont plus exposés et plus vulnérables aux conséquences des changements climatiques. Ces inégalités climatiques peuvent être causées par des facteurs naturels comme la géographie, l’environnement et le climat d’une région. Les territoires montagneux et les littoraux sont ainsi plus vulnérables aux changements climatiques. 

D’autres inégalités climatiques sont le résultat de structures sociales inégalitaires : inégalités socio-économiques, inégalités territoriales, rapports de dominations hommes/femmes, discriminations raciales, etc. Par ailleurs, les conditions socio-économiques déterminent également la capacité des populations et des territoires à s’adapter aux changements climatiques. Les impacts différenciés du dérèglement climatique créent ainsi des inégalités climatiques qui viennent renforcer des inégalités sociales déjà existantes.

* Gaz à effet de serre (GES) : Gaz présents dans l’atmosphère qui retiennent une partie de l’énergie réémise par la Terre.

** Le GIEC (Groupe d’Experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) est une organisation qui a été mise en place en 1988, à la demande du G7 (groupe des 7 pays les plus riches : USA, Japon, Allemagne, France, Grande Bretagne, Canada, Italie), par l’Organisation Météorologique Mondiale et le Programme pour l’Environnement des Nations Unies. Le rôle du GIEC est “d’expertiser l’information scientifique, technique et socio-économique qui concerne le risque de changement climatique provoqué par l’homme”.

*** La Conférence sur le climat de Paris, dite « COP21 » a eu lieu du 30 novembre au 12 décembre 2015 au Bourget. Elle fut à la fois la 21ème Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et la 11ème Conférence des parties siégeant en tant que réunion des parties au protocole de Kyoto (CMP-11). Cette Conférence réunit les 195 États signataires reconnaissant la nécessité de lutter contre le changement climatique.

**** David Eckstein, Vera Künzel, Laura Schäfer, Maik Winges, Global Climate Risk Index 2020, Who Suffers Most from Extreme Weather Events? Weather-Related Loss Events in 2018 and 1999 to 2018, Germanwatch, Décembre 2020.

S’informer et accéder aux offres SEIZE : l‘espace connecté

S’informer et accéder aux offres SEIZE :
l‘espace connecté

Accéder à de nombreuses informations concernant la transition énergétique en créant son compte sur le site SEIZE. L’espace connecté permet de bénéficier des offres du programme SEIZE, de manière indépendante ou complémentaire : assister à un atelier de formation, commander un kit de mesure et suivi des consommations, accéder à l’annuaire des aides et dispositifs et bénéficier de conseils pratiques.