Programmer le thermostat d’ambiance

Permet de définir des moments où la climatisation s’enclenche puis s’arrête toute seule par exemple pour rafraîchir une pièce avant l’arrivée des employés ou l’arrêter automatiquement à la fermeture des locaux.

Régler la température de consigne à 4 ou 5°C en moins que la température extérieure sans aller en dessous de 26°C

La température de consigne ne doit pas être fixée à une température inférieure à 25-26°C afin d’éviter une température intérieure trop basse par rapport à celle de l’extérieur pour éviter les chocs thermiques.
Cela permettra aussi de ne pas faire exploser sa facture énergétique. Chaque degré d’écart augmente la consommation d’énergie de 4%. Régler son climatiseur à 26°C au lieu de 20°C permet d’économiser jusqu’à 25% sur sa facture énergétique.

Ventiler les bâtiments la nuit pour favoriser le rafraîchissement

La ventilation nocturne permet de stocker du froid dans les bâtiments la nuit pour le restituer en journée. Appelée aussi free cooling, la surventilation nocturne, quand cela est possible en fonction des contraintes techniques et de sécurité, permet d’économiser jusqu’à 20% sur la climatisation.

Installer des brasseurs d’air

Les brasseurs d’air permettent de mieux supporter des températures et des taux d’humidité élevés en créant un courant d’air. Une vitesse d’air de 1 m/s équivaut à un ressenti d’abaissement de température d’environ 3°C. Une vitesse d’air de 3 m/s est équivalente à un ressenti d’abaissement de la température de 7°C. Ils peuvent être utilisés à la place ou en complément d’un système de climatisation et permettent de faire des économies d’énergie de 30 à 70% par rapport à un système de climatisation.