Classer vos mails dès leur arrivée et éliminez d’entrée les spams

Tri des mails

Un français reçoit en moyenne 39 mails par jour. Un mail avec une pièce jointe peut émettre 19g de CO2. Une fois arrivé chez son destinataire ce mail fera certainement partie des 90% de mails qui restent indéfiniment dans la boîte de réception. Or, stocker un mail dans un data center pendant un an émet 10g de CO2. Ainsi, un email entraine l’émission de 30 grammes de CO2. Selon l’ADEME, 8 à 10 milliards de mails (hors spam) sont échangés par heure dans le monde. Videz régulièrement la corbeille car les mails supprimés continuent d’être stockés, ainsi que le dossier spam. Il est très utile d’installer un logiciel anti-spam. Cette organisation de mails permet de vous faciliter également les recherches.

Nettoyer régulièrement votre boîte mail

Stockage sur une boîte mail

Moins il y a de mails, et donc de données stockées sur les serveurs, moins on consomme pour les préserver. Avec un nettoyage régulier de votre messagerie surtout s’il s’agit d’un webmail : vous vous protégez des utilisations indésirables, vous allégez les data centers et le travail de votre équipement. Les actions imputées aux centres de données et au matériel permettent d’éviter une consommation supplémentaire d’énergie.

Trier les données stockées en supprimant celles qui sont inutiles

Trie des données

Particulièrement les données stockées à distance : des images, des vidéos, des documents jamais consultés. Pensez à faire régulièrement le tri et supprimer les fichiers inutiles qui s’accumulent sur l’outil de stockage et l’encombrent tout en gaspillant l’énergie.

Stocker uniquement le nécessaire sur le Cloud

Stockage des données

Cela permet de protéger ses données contre des utilisations indésirables en plus d’alléger les data centers. Il est important de savoir que pour garantir leur accessibilité en permanence, les données sont stockées simultanément sur plusieurs serveurs.
Il est également intéressant de désactiver la synchronisation automatique, on évite ainsi des consommations d’énergie dues à la mise à jour fréquente des données.